Je suis débordée: comment sortir de ce tourbillon?

Mes très chères,

La vie devrait se vivre de manière paisible. Et chaque jour, nous devrions nous sentir comme un poisson dans l’eau. MAIS, parfois nous sommes tellement  débordées que nous ne savons pas où donner de la tête et notre vie se transforme en véritable cauchemar.

J’ai revécu ça il y a peu et comme l’une de mes devises est: « Si je suis passée par une situation difficile et que je m’en suis sortie. Pour éviter que les autres ne vivent la même chose, je leur explique comment faire pour ne pas se trouver dans la même galère. » C’est comme ça que je viens vous partager mes solutions pour sortir du tourbillon du débordement.

Mais avant cela, je voudrais prendre une petite image pour expliquer ce que le débordement fait naître en moi. Lorsque je suis débordée, je me sens comme dans un embouteillage. Il y a des voitures avant, des voitures après et rien n’avance. On est bloqué sans rien pouvoir contrôler. On s’énerve, perd patience car la montre tourne mais rien, absolument rien pour changer le cours de l’histoire.

A Kinshasa, où j’habite, lorsqu’il y a embouteillage, souvent les chauffeurs (ou chauffards) pressés,  se mettent à rouler à contre sens sur la bande  opposée, pour aller plus vite. Et bien évidemment, ils empirent la situation, ils bloquent tout et plus moyen de bouger. Et on peut rester bloquer des heures entières.

Lorsque je suis débordée, j’ai le même sentiment, je suis bloquée, je ne sais plus où donner de la tête parce que j’ai mille et une choses à faire. Je stagne et le bout du tunnel me semble tellement loin. Je stresse, j’ai envie de pleurer, je m’énerve mais ça n’arrange certainement rien.

Je suis en général submergée de la sorte lorsque un ou plusieurs intrus (rires), qui surgissent comme ces chauffards (cités plus haut), viennent m’encombrer avec des tâches que je n’avais pas prévues et  qui bousculent mon emploi du temps.

Alors comment est-ce que je gère cela?

  1. Lorsque j’ai l’impression d’étouffer parce que tout devient ingérable, je prends juste 5 minutes pour respirer et quelques secondes pour crier, si j’ai envie de le faire.
  2. Je  remets, ensuite de l’ordre dans mes priorités. J’observe alors toutes les tâches que j’ai à effectuer, je les note sur un morceau de papier et je réfléchis à la priorité à accorder à chacune.

Imaginez qu’il est midi et que je doive nourrir mon bébé, faire du repassage, faire la cuisine pour mes grandes filles qui arrivent à la maison à 14h00 , aller vérifier mes mails et accueillir  à 13h30, la belle-mère de ma voisine qui n’a pas pu quitter son bureau. Je note ainsi sur mon morceau de papier:

  • Nourrir bébé
  • Repasser
  • Cuisiner
  • Lire les mails
  • Accueillir la belle-mère

Je réfléchis ensuite à la priorité à donner à chaque tâche. Etant donné que mon bébé ne peut pas attendre et que l’heure de le nourrir est arrivée. La tâche nourrir bébé aura la priorité 1. Une fois bébé nourri, il faudra faire le repas pour ses sœurs qui arrivent à 14h00. La tâche cuisiner aura alors, la priorité 2.  Accueillir la belle-mère de ma voisine et lui remettre les clés prendra la priorité 3. Vérifier les mails recevra la priorité 4, car ça peut attendre, ce n’est pas indispensable mais il faut quand même  savoir s’il n’y a pas un message important. Le repassage pouvant être fait plus tard ou même le lendemain aura la priorité 5.

La priorité 1 sera toujours accordée aux tâches  qui  me profitent ou qui profitent à l’un des membres de ma famille, qui sont indispensables, voire urgentes. La dernière priorité par contre sera réservée  à celles qui peuvent être remises à demain ou à plus tard et pour lesquelles une remise n’engendrera pas une mort d’homme ou l’échec d’un projet, etc.

3.  Une fois les priorités établies, je dresse un planning qui précisera quand sera réalisée telle ou telle tâche.

  1. Nourrir bébé         12h00
  2. Cuisiner                12h45
  3. Accueillir               13h30
  4. Lire les mails        14h30
  5. Repasser              17h00

4. Enfin, je me discipline pour respecter mon planning.

Cette technique peut réellement vous simplifier la vie. Elle remettra de la clarté dans le brouillard du débordement. Elle vous permettra de prioriser vos tâches et de gérer ce qui est prévu. Ainsi lorsque  l’imprévu frappera à la porte, vous ne serez pas trop perturbées et vous parviendrez à tout gérer sans trop de stress. Pour éviter le stress et refuser de vous encombrer, n’oubliez pas non plus que vous pouvez dire non à tous ceux ou celles qui par leur demande d’aide peuvent contribuer à vous surcharger.

Voilà donc mes très chères, un moyen de sortir du tourbillon du débordement.

Mille salutations à vous et à très bientôt avec la pêche et plus fraîches parce que moins débordées.

Aziza


Vous avez aimé ce post. Pour recevoir en exclusivité toutes nos actualités, inscrivez-vous sur notre page « contact », aimez notre page Facebook ou rejoignez-nous sur Twitter ou Google +

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.