Le meilleur reste à venir

Voici quatre ans que l’aventure a commencé. J’attendais famille à cette époque là et j’accouchais un mois plus tard. Cependant, une seule chose me motivait: encourager les femmes à avoir de l’audace.

Oui, je désirais au plus profond de moi leur faire prendre conscience qu’elles DOIVENT croire en elles-mêmes.

La femme africaine en particulier, est élevée dès ses premiers pas à gérer notamment :
– la fratrie
– les tâches ménagères
– et les courses du foyer.
Elle acquiert, ainsi, le sens du leadership.
Elle développe le sens du travail.
Elle devient une fine négociatrice et une bonne financière.

Les femmes en général, ont mille bras: elles sont épouses, mères, employées, fonctionnaires ou cadres. Elles ont mille et une responsabilités qu’elles gèrent comme des chefs.
Mais malgré tout cela, nombreuses restent des forces qui s’ignorent.

Il fallait donc que les écailles tombent de leurs yeux et je continue à me battre pour cela.

Quatre ans après, beaucoup de choses se sont passées mais je suis toujours aussi motivée.

Alors ladies, sachez que je reste à votre service pour vous booster et vous aider à vous réaliser.

L’aventure continue. Le meilleur est à venir.

https://newgenesiscenter.com/accueil/blog/

Aziza MOUPONDO

Publicités

Les talents…

Mes très chères,

Nous avons toutes des talents, des dons innés plus ou moins développés. Certaines d’entre nous savent écrire, d’autres dessiner, sculpter, coudre, chanter, conter des histoires, faire de la photo, jouer de la musique ou encore danser.

Nous avons toutes des talents à déceler, à ne pas négliger, à cultiver et travailler.

Les talents produisent des livres, des tableaux, des oeuvres d’art, des vêtements, des morceaux de musique, des chants, des ballets et tellement encore.

Ils produisent des biens que notre génération pourra utiliser ou grâce auxquels, elle pourra passer d’agréables moments.

Mes très chères, nos talents ne doivent être étouffés. Les négliger serait tout « gater ».

N’oublions pas ceci, belle semaine à chacune d’entre nous et mille salutations,

Aziza


Vous connaissez une personne talentueuse qui met de côté son ou ses talents, n’hésitez pas à lui partager l’article, il vient certainement à point dans sa vie. Et pour suivre notre actualité et ne rater aucune de nos exclusivités, hâtez-vous de vous enregistrer via le lien:

http://eepurl.com/gud6x9


Le sens du travail s’acquiert à la maison

Mes très chères,

L’expérience m’a enseigné que nous excellons dans tout ce que nous avons appris à faire dans notre enfance.
Comme toutes les valeurs, le sens du travail doit s’acquerir dés le bas-âge.
Pour préparer nos enfants, nos neveux, nièces et tous les enfants dont nous avons la charge (garçons comme filles) à affronter la vie et à devenir des « bosseurs », faisons-les participer aux activités et impliquons-les très tôt aux différentes tâches de la maison.

Veillons bien entendu, à répartir les tâches en tenant compte de leur niveau de difficulté, des capacités et de l’âge de l’enfant. Nous ne demanderons pas, en effet, à un enfant de deux ans de faire la lessive. Par contre, nous lui demanderons volontiers de ranger ses jouets.

Enfin, évitons de les surcharger. Rappelons-nous que l’objectif est de leur inculquer la valeur du travail et non de les submerger de travail.

Ils n’apprécieront certainement pas d’arrêter ce qui leur plaît pour mettre la table, préparer le dîner, ranger, plier le linge, etc.

Mais, nombreuses d’entre nous sommes toutes passées par là et aujourd’hui, nous remercions nos parents.

Un tout grand merci d’avoir encore été là aujourd’hui.

A très bientôt et salutations chalereuses à vous,

Aziza

Une interview de Aziza MOUPONDO par Anita Zigah

Mes très chères,

Comme mon amie Anita Zigah l’avait promis dans sa précédente vidéo, je vous prie de découvrir l’entretien que nous avons eu, elle et moi, il y a peu.

Anita a souhaité que vous découvriez dans la vidéo qui suit, mon parcours en quelques questions afin de vous encourager, de vous booster et de vous permettre de comprendre qu’il est possible de croire en ses rêves et les réaliser.

Je remercie sincèrement Anita de m’avoir fait l’honneur d’être son invitée.

Et un tout grand merci à vous d’avoir pris le temps de visionner cette vidéo, de me découvrir et de vous laisser inspirées ( du moins je l’espère 😉 ).

Belle journée et n’hésitez surtout pas à partager encore et encore cet article.

Mille salutations à vous,

Aziza

Partage d’expérience: Georgine Beleyn Sassa

Un entrepreneur est celui qui parvient à mélanger ses dons, talents, compétences et les acquis de ses expériences passées pour offrir un service ou produit dont les gens ont besoin.

Georgine Beleyn Sassa, notre perle précieuse Rdcienne de ce jour, a bien compris cela. Elle a constaté un manque et s’est associée à une amie pour le combler. Elle raconte son aventure dans les quelques lignes ci-dessous que j’invite les mamans, les tantes, les marraines et toutes les personnes qui s’occupent d’enfant à découvrir.


  1. Bonjour Georgine, nous vous remercions sincèrement du privilège que vous nous faites en nous ouvrant votre porte. Pour commencer, pourriez-vous vous présenter afin que nos lectrices fassent plus amples connaissances avec vous?

Je m’appelle Georgine Beleyn Sassa. J’ai 40 ans et je suis mère de 3 enfants.
J’ai passé une partie de mon enfance et de ma vie familiale en Europe où j’ai fait partie de plusieurs associations m’occupant d’activités parascolaires, notamment le scoutisme. Nous sommes revenus à Kinshasa il y a de cela 12 ans et je suis actuellement institutrice maternelle.

2. Quel a été votre constat à Kinshasa?

Lorsqu’on ne partait pas en vacances, mes enfants s’ennuyaient énormément. Ils n’avaient rien à faire ou nul part où aller en dehors de la maison.
Du coup, en me basant sur mes années de scoutisme, il m’est venu l’idée de créer non pas une colonie ou un camp mais un stage de vacances où les enfants pourraient apprendre en s’amusant, rencontrer des enfants venant d’autres écoles, se faire des amis et avoir un bon souvenir de leurs vacances.

3. Vous êtes-vous lancée seule?

Non, je me suis associée avec une amie, Angélique, qui est également institutrice. Et nous avons décidé de montrer aux enfants que, pendant leur période de vacances, il est possible de s’amuser à Kinshasa, même lorsqu’on ne voyage pas.

4. Pour le mot de la fin, que pourriez-vous donner comme recommandations à nos lectrices?

Le conseil que l’on peut donner aux parents est qu’il est important que nos enfants puissent être déconnectés de la technologie de temps en temps et retourner pour un instant à l’époque où nous n’avions pas besoin d’internet pour nous amuser.

Propos recueillis par Aziza MOUPONDO


Un tout grand merci à Georgine de nous avoir accordé de son temps et accepté de contribuer à nous enrichir grâce à son partage d’expérience.

Un tout grand merci à vous de votre présence encore aujourd’hui et n’oubliez pas comme l’a suggéré Georgine : n’ayons pas peur de déconnecter nos enfants des nouvelles technologies (téĺéphone portable, tablette, ordinateur) et laissons-les apprécier le fait de jouer et s’amuser comme au bon vieux temps en participant au stage qu’elle et Angélique ont spécialement préparé pour eux.


Aziza MOUPONDO par Anita ZIGAH

Bonjour à tous,

Laissez – moi vous présenter, une capsule, que vous découvrirez en cliquant sur le lien ci-dessous. Cette capsule parle de moi. Elle a été produite par mon amie: Anita Zigah que je remercie sincèrement.

Anita est une femme très active que j’admire. Elle est parvenue à trouver sa voie. Et elle est la preuve qu’on peut vivre sa passion.

Anita partage sa passion, à travers des capsules vidéos en Français et en Mina (qui est une langue parlée au Togo) sur sa chaîne Abondance multiple. Son objectif est de motiver les gens et de les ouvrir aux opportunités de l’entrepreneuriat et de développement personnel.

Un tout grand merci à Anita de m’avoir introduit dans son univers. Je suis vraiment reconnaissante pour cette belle marque de confiance.

Belle découverte de la capsule et mille salutations à vous,

Aziza